Quelques chiffres

Bien qu’évidente, il est difficile d’obtenir des évaluations précises concernant la relation entre consommation inappropriée d’alcool et incidences sur le travail, notamment concernant les accidents. En effet, lorsque les accidents se produisent, le taux d’alcool dans le sang n’est pas toujours recherché, sauf lors d’accidents relativement graves.

Néanmoins, voici quelques données tirées du rapport publié par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) en 1996 sous le titre «Alcohol and the workplace».

  • L’absentéisme au travail, de courte durée et sans autorisation, est 4 à 8 fois plus élevé chez des personnes ayant une consommation problématique d’alcool.
  • 15 à 25% des accidents du travail seraient dus à l'alcool.
  • Les travailleurs ayant un problème d’alcool ont 3 à 4 fois plus de probabilité de provoquer des accidents.
  • La perte de productivité d'une personne ayant un problème d'alcool peut être estimée à 15% 1
  • Le BIT (Bureau international du travail) estime que globalement 3 à 5% des personnes ayant un travail sont dépendantes de l’alcool.

Par ailleurs, selon un rapport de l'OFSP et de la SUVA1 de 2011:

  • La part des salariés présentant une consommation problématique d'alcool s'élève à 2%. Cela représente environ 70'000 personnes en Suisse.
  • Les baisses de productivité, absences et accidents liés à des consommations problématiques d'alcool génèrent des coûts annuels d'un milliard de francs pour les employeurs
1 Office fédéral de la santé publique, "Coûts imputables à l'alcool sur le lieu de travail", 2011